Phyllium celebicum (de Haan, 1842) PSG n°128

 

Ordre

Sous ordre

Famille

Phasmatodea

Areolatae

Phylliidae

Origine: Thaïlande

Plantes nourricières: ronces, chêne, chêne vert, goyavier, manguier

Durée d'incubation: 3-4 mois

Durée de développement: 5-6 mois

Caractéristiques :

Il s'agit d'une espèce sexuée. Le mâle mesure 7 cm et possède des ailes qui lui permettent de voler sur de courtes distances lorsqu'il est dérangé. La femelle mesure 9 cm et est plus large que le mâle. Elle possède également des ailes mais dont elle ne peut se servir. Les deux sexes sont verts clairs, parfois jaunâtres. Selon la souche ou les conditions d'élevage, les individus peuvent devenir entièrement jaunes ou bruns. Les Phyllies perdent facilement leurs pattes par autotomie (perte volontaire d'un membre) ou à cause du stress.

Elevage :

L'élevage de Phyllium celebicum est à déconseiller aux débutants. Il est réellement difficile et nécessite du matériel et une bonne expérience. D'après certaines sources, son élevage serait cependant plus facile que celui de Phyllium giganteum. Je ne suis pas tout à fait de cet avis puisqu'une des difficultés majeures avec P. celebicum est d'arriver à obtenir des mâles matures en même temps que les femelles. En effet, les mâles grandissent plus vite. D'autre part, mes premiers jeunes Phyllium celebicum stressaient facilement et perdaient des pattes. Dans tous les cas, mieux vaut éviter de les manipuler. Il ne faut pas les arracher à leur branche, mais plutôt essayer de les faire bouger par eux-même.

Les conditions d'élevage sont assez compliquées à mettre en place et souvent coûteuses. Premièrement, il leur faut 25 à 27 °C. Le minimum recommandé est de 23°C. On peut obtenir une telle température en plaçant un cordon chauffant dans le terrarium. Ensuite, il leur faut un taux d'humidité très élevé. Il est recommandé d'avoir un taux de 70 à 80% constant dans le terrarium, ce qui peut être obtenu grâce à diverses méthodes. On peut placer un pot d'eau couvert par un grillage par dessus le cordon chauffant, l'eau va ainsi s'évaporer lentement. En plus de cela, je pulvérise de l'eau une à deux fois par jour sur le sol et les feuilles. Enfin, les Phyllies demandent de l'éclairage pendant 12 à 13H par jour. En ce qui concerne la nourriture, le mieux, c'est le goyavier d'après bon nombre de sources. Mais on n'en trouve pas partout ! En tout cas, pour les ronces, il semble qu'il faille préférer les vieilles feuilles plutôt que les pousses tendres.

Il existe beaucoup d'avis divergents sur l'élevage des Phyllies, autant sur le taux d'humidité que sur la température, la technique d'incubation, l'éclairage... Le mieux est de bien se renseigner avant de lancer un élevage et de consulter plusieurs sources. Mais ne pas se décourager, l'espèce vaut la peine de tenter le coup !

Voici les conditions dans lesquelles j'élèvais mes Phyllies (P. giganteum et P. celebicum) :

Leur terrarium ne sert que pour elles. Il a une contenance d'environ 150L et s'ouvre par deux portes coulissantes sur le devant. Il est entièrement en verre et possède deux bandes d'aération. Tout d'abord, j'ai placé une épaisseur de sopalin au fond, couvert d'un cordon chauffant pour reptiles de 50W (environ 30 euros en animalerie). Je lui ai fait faire des serpentins pour qu'il occupe toute la surface du terrarium. Le sopalin sert à recueillir les oeufs et les excréments. Il est changé régulièrement. Le cordon chauffant est relié à un thermostat réglé sur 26°C (environ 30 euros également). Comme les phyllies ont besoin d'une atmosphère aérée, j'ai disposé un aérateur d'aquarium dans un coin, en bas du terrarium. Surtout pas de courant d'air. Mon aérateur projette un tout petit peu d'air et je l'allume quand cela semble nécessaire. En dehors de ça, j'ai placé un tube néon d'aquariophilie de 18W. Il s'allume automatiquement 12H par jour grâce à un programmateur. Je pulvérise de l'eau du robinet une à deux fois par jour et je change les feuilles dés qu'elles fanent. L'humidité est à peu près constante grâce à un pot d'eau fermé par une moustiquaire que j'ai placé sur mon cordon chauffant.

Auparavant, mon cordon chauffant était sur le fond du terrarium et recouvert d'une couche de 2 cm de tourbe. Au début ça fonctionne très bien, mais après quelques semaines, la tourbe est desséchée et ne présente plus d'intérêt. La récupération des oeufs s'en trouve plus compliquée.

En ce qui concerne l'incubation des oeufs, après avoir testé de nombreuses méthodes, celle que je retiens est la suivante : une boite en plastique très légèrement aérée (quelques petits trous sur le couvercle) remplie de sable fin clair (jaune très clair, gris clair ou blanc) afin de bien voir les oeufs disposés dessus. Le sable est auparavant passé au four micro-onde afin de tuer tous les germes éventuellement présents, même si on se sert de sable ayant déjà servi dans un incubateur ; on laisse ensuite bien refroidir le sable avant de le placer dans l'incubateur ! On place directement les oeufs sur le sable et on humidifie légèrement avec un pulvérisateur tous les 2-3 jours. La boite est placée à une température de 25°C, pour moi c'est dans le terrarium. Bien surveiller les éclosions !

Il semblerait que la lumière ait également son importance sur l'incubation des oeufs. Une alternance jour-nuit semble être nécessaire.

 


oeufs


larves au stade L1

 


jeunes femelles


femelles subadultes


femelles adultes (celle de gauche ayant vécu vécu 8 mois à l'âge adulte !)


jeunes mâles


mâle subadulte


mâles adultes


individus probablement gynandromorphes, présentant un côté de l'abdomen comme un jeune mâle et l'autre comme une jeune femelle


conséquence de la surpopulation dans l'élevage : les individus se mangent entre eux, se prennant pour... des feuilles ! (ici des femelles adultes)

 

retour à la liste des fiches